Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові



LA COMMUNE DE PARIS

La France est là couchee, elle est debout qui chante.
Jeanne d’Arc et Varlin. Il nous faut creuser loin,
ma patrie qui remue sous les paves epais.
La Commune pays tendre, le mien, mon sang qui brûle,
de ce sang qui va remonter entre les paves.
Je le vois quand le peuple joue sous le ciel veine,
quand tombe encore le soleil du vingt-huit mai,
si l’accordeon mène à la joie la vie pressante.
C’est la vertu du peuple sous l’oriflamme, un cœur tendu,
mon cœur qui bat quand a passe l’etrange
nuit de regorgement, et bat encore à la bonte
du peuple enfoui sous les paves qui joue, qui pleure.


LA COMMUNE DE PARIS - ANDRe FReNAUD
 »