Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові







VŒU

Au fond je n’ai pas de message – rien de sublime
Je parle avec la voix d’un dieu quoddien
que nous reconstruisons ensemble ;
je suis l’ami des regards ensoleilles mais aussi de vos
yeux de brume ;
je change selon le vent que rien jamais ne desoriente
Celui qui ne me reconnaîtra pas
aura pris la place de mon cœur…
Dans les siècles lointains si
comme Baudelaire, un jour je venais
à me mirer au bord du fleuve d’avenir
J’aimerais que l’on n’oubliât pas
le monde en lequel j’ai vecu :
un monde dont les villes
n’etaient encore qu’etoiles aux carrefours
où l’on s’interrogeait de l’udlite
de la metaphysique ;
Un monde d’electronique fabuleuse et de petrochimie
quand le soleil en casque jaune d’ouvrier
grimpe aux poutrelles des raffineries
On y ecoutait des chansons bêtes comme c’est pas pos-
sible
et on trouvait dans ce boucan
assez d’energie pour danser,
(ça couvrait le bruit des bombardiers qui sur nos têtes
remplissent leurs reservoirs en plein vol
– abeilles interdites de ruche!)
Un monde minuscule entoure par les electrons
des satellites meteorologiques
parcouru d’ondes hertziennes où l’on voit des gens
s’embrasser sur fond d’hollywood
Un monde où l’on buvait le matin amer et noir
dans un bol de cafe lyophilise ;
et le soir ambre dans les bars bien frappe avec des gla-
çons
multiplies par les miroirs aux lumières cadaveriques.
Un monde où le sommeil s’avance leger ange imma-
cule
dans sa chlamyde d’oubli
et neige doucement
sur un joli village de silence rouge.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)


VŒU - XAVIER BORDES