Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові







LES RÊVEURS

Il s’elevait au-dessus de la ville une falaise noire
d’une si prodigieuse hauteur qu’elle se perdait dans les
brumes durables. Une ouverture au pied de la roche
ouvrait sur d’interminables galeries; quelques escaliers
tailles dans la pierre se multipliaient soudain, aboutis-
saient à une enorme salle d’où repartaient de multiples
corridors relies entre eux par des conduits secondaires
et non moins charges de repentirs. Mais au bout de
tout cela, l’on se heurtait inevitablement à un mur. Et
en effet, du dehors, un regard attentif sur la falaise eût
decouvert que la paroi etait, en manière de columba-
rium, percee de maintes ouvertures peu profondes.
Qu’on se fût empare d’un rêveur, et l’on ne s’en privait
jamais, il etait aussitôt maîtrise, ficele, entraîne tout au
long des corridors. L’on creusait alors jusqu’au vide;
l’on deposait le rêveur sur le sol et derrière lui edifiait
une definitive maçonnerie de façon à constituer une
sorte de grotte. Il y avait alors en verite quelque merite
à rêver.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)


LES RÊVEURS - ROGER KOWALSKI