Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові



J’aurais d’une passion très lente aimé

J’aurais d’une passion très lente aime garder les
vaches (en chemins creux et pres en douce
qui s’en vont courber la terre verte)
aime
pour ne pas oublier l’odeur surtout des grosses à
lait cru
dechets sacres et encolles poils
de deesses.

Et le purin comme un etang
avec son job des profondeurs :
amant delivre des matières
*
Où est l’ecorce de platane, Paul
Celan, offerte en amour dans ta lettre?
Dans les feuilles en tas du parc?
Feminine beaute des mortes.
Un cantonnier les ratisse, ordre
de la vieillesse aux mouchoirs jaunes.

Vers les fermes, ça fume encore, Éditions Potentille


J’aurais d’une passion très lente aimé - MARCEL MIGOZZI