Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові







LE LAIT

De fouilles et de fresques ou de tablettes on peut supputer l’origine de ce liquide dont on sait cependant que Marco Polo dit que chez les Mongols il caille au soleil, que chèvres et brebis, disposees aux climats les plus rudes et secs, en furent les premières et longtemps pourvoyeuses, que Poly-phème, dans les chants d’Homère, en absorbe d’immenses litres par-dessus chair humaine, que sous l’action conjointe du lacto-bacillus bulgaricus et du streptococcus thermo-phylus il coagule et s’aromatise, que la reine Entelechie après grandes avalees de viandes et de legumes en buvait par joncades entières pour le repos de son estomac, que quelques transformations regionales font notre bonheur national, que chacun en connaît la suavite melliflue dans le gosier grippe, chaud, certaines fois, que le frère lai n’a pas son pareil quand il faut le durcir et en faire le ” biscuit des ivrognes “, et que, pris de pis de vache ou de chèvre ou de brebis, ou, en d’autres endroits de la terre, de bufflesse ou de zèbre ou de renne ou de yak ou de lama tout de suite après l’avoir tire produira l’effet très particulier sur les langues très qualifiees d’un retour à l’origine –

Fatrassier, Tarabuste

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 3,00 out of 5)


LE LAIT - JEAN-PASCAL DUBOST