Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові

CELLE AU MILIEU DES TERRES

Un homme à la mer lève un bras, crie : “Au secours! “
Et l’echo lui repond:” Qu’entendez-vous par là?”
Jules Supervielle, Les Amis inconnus.

J’ecris sur l’arc improbable des heures
où elle glisse avive allure d’on ne sait quoi.
J’ecris celle qui fait don dans les miroirs.

Elle a les joues d’une fiction,
la chair degagee des nuages.

Son corps tournoie en eclipses de soleil.

Les grands debats meurent volontiers sur ses epaules.
On a construit tout autour de son sexe des rives
en pure perte qui sont comme des siècles amnesiques,
des fêtes entravees de mots et leur obole.
Mais jamais elle ne parle.

On y plonge sans trop savoir
ce que les mille morceaux du monde
raconteront demain.

L’un dit :
“Je ne quitterai pas le sel sur ta langue. ”
“Pour toi, j’ai fait provision de larmes
avec le maître des lieux absents “, dit l’autre.

Et chacun à son tour se jette
à l’abri de son corps etonne,
devient visage qui n’en finit pas de tomber
algue ou poisson, selon fortune.

À present
laissez-moi là
dans l’amphore des legendes,
cœur fou, mot talisman, ventre nomade,
attendant que roule une reponse.

Bientôt s’eveilleront
ceux qui renouent les fils du sablier.

Mais pour l’instant rien à dire de plus que ces gouttes
qui rêvent de souffler le ciel.

J’ecris sur l’arc improbable des heures
où elle glisse avive allure d’on ne sait quoi.
J’ecris celle qui fait don dans les miroirs.

J’ecris la vague. Avec elle, les chanteurs
ne comprennent jamais les poèmes qu’ils chantent.
Et cela les fait rire.

In Souffles n° 218-219


CELLE AU MILIEU DES TERRES - DOMINIQUE SORRENTE