Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові

LA CLEF DE L’ORIGINE

Celui qu’a terrasse la violence
N’est-il pas retranche pour toujours de lui-même?
Pèlerin du soleil aux trousses de son ombre,
Renaîtra-t-il, errant combien d’annees encore,
Cherchant la verite dans une place etrange?
Prier
C’est ecouter
Aux portes du silence.
Je franchis le seuil du cimedère de campagne juif en
Basse-Alsace
Où j’allai tout enfant avec mon père dans les averses de
mars
Après l’hiver impenetrable et le brouillard d’ecole
Poser des graviers blancs
Sur l’arête des hautes stèles grises rongees de givre.
Maintenant c’est l’heure ultime de l’ete,
Les punaises rouges et noires
Font l’amour en dormant sur le seuil de grès concave
use par les morts,
Hache de barreaux d’ombre entre les grilles rouillees
Qu’etrangle la grosse chaîne toujours cadenassee
portant l’ecriteau :
” S’adresser à Mr Abraham Weill, ministre officiant, ou
au bedeau. “


LA CLEF DE L’ORIGINE - CLAUDE VIGeE
 »