Українська та зарубіжна поезія

Вірші на українській мові



SIBIL



Chevelure de Berenice

On a du mal à le croire : les fleurs en prennent à leur
aise. Elles s’elèvent par essaims dans l’air du matin.
Quelle qu’en soit l’espèce, oxynaire, orties blanches,
fleurs de courge, dahlias à bajoues, elles bondissent
doucement vers des soleils pâles peu capables de
nuire. On ne sait si, par principe, elles reviennent le
soir à la tige mère, ou si elles se posent au hasard sur
l’une ou l’autre, vacante et depourvue de prejuge. S’il
pleut, elles se cachent, se ferment sous l’aile du toit,
l’aisselle de l’arbre. Sinon, si plat, si calme, le ciel est
tapisse – odeurs, couleurs! – selon les caprices du
vent.



SIBIL - CLAUDE MICHEL CLUNY